Catégories
Saison 2009/2010

Le Naturaliste ou le Voyage en ballon

Patrick Robine

Les 16 et 17 avril 2010 à 20h30, le 18 avril à 16h – Tarifs : 20, 14, 12€
Durée : 1h10

Patrick Robine

Il nous fait vivre son voyage en ballon, nous décrivant la chaîne des Pyrénées entièrement assemblée à la main par les Espagnols, sans jamais nous montrer ni photo, ni film, ni objet ; ses souvenirs il les dit, il les mime, il les bruite, mieux… il EST, tour à tour, avec une vérité confondante l’éponge sauvage, le plomb fondu, le rat kangourou… dans une gesticulation poétique aux frontières de la folie. C’est beau, c’est tendre, c’est drôle, on sort de là l’esprit vagabond.

Mise en scène : François Rollin

Patrick Robine :
Ceux qui le connaissent bien diront que Patrick Robine aime l’Art pardessus tout. Certes il échoue à l’entrée aux Beaux-Arts mais son talent s’exprime ailleurs : au Théâtre d’Art de Bordeaux, dans le cours de Charles Chabert, où il reçoit le premier prix de diction et de comédie. Est-ce cependant assez sérieux pour convaincre les parents ? Non. Patrick Robine émigre donc au Canada puis aux Bahamas. Chef de plonge, serveur, assistant maître d’hôtel… sont alors au nombre de ses activités. Mais ces voyages recèlent aussi deux belles rencontres : Sydney Poitiers et Orson Welles, qui deviendront ses amis.
L’éclectisme de Patrick Robine est sans limites. En 1972, de nouveau à Paris, il travaille en tant que parfumeur. On le voit par la suite parcourir le continent Africain. De retour dans les Landes, il rencontre Pierre Vassiliu qui lui offre de remonter sur scène. Le public fait alors connaissance avec le « grand interprète animalier, botaniste et forestier. »
Patrick Robine s’illustre à la télévision – La Bicyclette bleue, Le Mystère de la Chambre Jaune –, à la radio sur France Inter, au cinéma. Mais c’est surtout au théâtre que le comédien se fait un nom. Habitué du Grand Mezze d’Edouard Baer, fidèle participant de plusieurs festivals, Patrick Robine fait connaissance avec François Rollin et Jean-Michel Ribes qui l’intronisent au Théâtre du Rond Point. À la rentrée de septembre 2005, Paris Première offre à Patrick Robine de tenir une pastille quotidienne sur la chaîne.

« Un joli moment de folie douce, où l’on côtoie le dérisoire, le quotidien sublimé, le surréalisme engageant » « C’est beau, c’est tendre, c’est drôle, on sort de là l’esprit vagabond » Libération

« S’il continue Robine se retrouvera au ballon ! » Le Monde

« Paysage de fantaisie à lui tout seul, Patrick Robine nous entraîne ici dans d’improbables voyages à mourir de rire. » Le Canard Enchaîné 

« Le Naturaliste voyage en ballon : Une savoureuse autofiction, un alliage rare de drôlerie et de poésie auquel notre homme donne une intensité émotionnelle irrésistible. » Télérama