Catégories
Séances scolaires

George Dandin

Compagnie des passeurs

 

Le 6 Octobre à 20h30 et le 7  Octobre à 14 heures 

Durée : 1h15

georgedandin

 

George Dandin est un riche paysan qui s’est offert le luxe d’une brillante alliance : en épousant Angélique de Sotenville, il redore le blason de cette famille désargentée, en obtenant du même coup, pour ses futurs enfants, le titre de gentilshommes. Mais Angélique, mariée de force à cet homme, entend bien profiter des quelques années que lui offre sa jeunesse…

 

La Compagnie des Passeurs défend un théâtre de corps et d’esprit, de masques et de mouvements, qui s’inscrit dans la tradition des saltimbanques et de la commedia dell’arte.

 

Distribution :

Mise en scène : Charly Labourier

Avec : Luca Bozzi, Renaud Gillier, Laure Caillet, Etienne Guérin, Maud Landau, Elise Touchon-Ferreira

Direction musicale : Etienne Guérin

Costumes : Sonia De Sousa et Agathe Helbo

Décors : Bozzie Figli et Yohan Chemmoul

Masques : Yohan Chemmoul

Lumières : Florent Pénide

 

Partenaires : Paris jeunes talents

 

« Comment monter Molière aujourd’hui en rendant compte de la modernité de ce chef-d’oeuvre ? La Compagnie des Passeurs y répond de manière éclatante en proposant une version très commedia dell’arte avec masques (magnifique création de Yohan Chemmoul), humour, respect du texte, diction parfaite et, surtout, un rythme effréné qui ne s’apparente pas à de l’agitation scénique. Un spectacle haut de gamme et très ludique. » – La Provence, juillet 2015

 

« Le festival de théâtre La Nuit du Parvis recevait une magistrale standing ovation d’un public enthousiaste gagné par la fougue et la vitalité des comédiens de la Compagnie des Passeurs. George Dandin s’est jouée avec un bonheur contagieux. » – Le Dauphiné Libéré, août 2014

« C’est donc devant une salle à guichets fermés que la jeune Compagnie des Passeurs a pu interpréter un George Dandin dans la plus pure tradition de la commedia dell’arte. Une mise en scène et une représentation très dynamique avec masques, humour et anachronismes qui ont enchanté le public présent. » – L’Hebdo de l’Ardèche, août 2014