Categories:

De et par Patrick Robine

Une création Théâtre du Rond-Point

Les 24 et 25 janvier & du 30 au 1er février à 20h30, le 2 février à 16h – Tarifs : 25, 20 et 15€
Durée : 1h10

 

" La ferme des concombres "

 

En 1976 la sécheresse faisait des ravages dans notre pays, les vents d’Afrique remontaient  jusque dans les hangars à tabac et sous les jupons de filles, il faisait une chaleur épouvantable, ma famille et moi-même vivions dans une yourte qu’on avait ramené de Woodstock à pied en 5 ans… A l’époque on trouvait du boulot partout, certains en refusaient, ils s’étaient réfugiés en plein désert,  dans un pays pas loin des lacs au soleil, sur une ancienne scierie de pain de sucre qui avait été envahie par la végétation. C’est là bas que nous allions, cet endroit s’appelait La Ferme des concombres…

« Patrick Robine a ce don rare de porter l’incongru au sommet des Beaux-arts. Dans le ciel de la cocasserie, du drolatique, et de la poésie malicieusement subversive, sa « Ferme des concombres » resplendit d’une lumière revigorante. J’ai souhaité que Patrick Robine, acteur aussi singulier que ses textes, incarne le non-voyage de cette famille qui semble sortie tout droit des œuvres de Lewis Carroll, d’un film des Marx Brothers et d’une toile de Magritte. Je reste persuadé que notre théâtre a besoin d’être rafraîchi régulièrement par l’extravagance poétique du trop rare Patrick Robine. » Jean-Michel Ribes

Mise en scène de Jean-Michel Ribes

 

« Tous les chemins du théâtre peuvent donc mener dans un au-delà du plaisir où le monde apparaît sous d’autres couleurs, d’autres sons, d’autres idées… » Fabienne Pascaud – Télérama
« Dans la famille haute en couleur des inclassables du théâtre, voilà un sacré spécimen. On pourrait même dire que Patrick Robine forme une espèce à lui tout seul. » Fabienne Darge – Le Monde

« Un régal d’humour exotique, d’intelligence écologique et de poésie théâtrale » Philippe Tesson – Le Figaro
« Un formidable voyage dans la langue, absurde, allitérative et surréaliste en diable. » Fabienne Arvers – Les Inrockuptibles
« Patrick Robine s’incarne dans ce qu’il dit. Il parle de fleur, il est une fleur, il évoque du sable, il est du sable et il vous glisse entre les doigts. II y a en lui une étrange manière de s’habiller des mots. Et l’humour se glisse dans ses habits en douceur, l’air de rien. » Jean-Louis Pinte – Figaroscope.

 

Tags: